Bloguer au Tchad : un vrai sacrifice

 

Photo blogging via pixabay.com

Photo blogging via pixabay.com

Au moment où j’écris cet article, je suis rempli de joie. Heureux d’intégrer la communauté dynamique des blogueurs du monde francophone. Je voudrais dire tout simplement merci à l’équipe de cette importante communauté ainsi qu’à ses membres qui ont motivé ma candidature, ensuite la sélection lors du concours de la quatrième saison.

Le métier de blogueur au Tchad n’est pas assez connu du public. Exercer ce boulot nécessite aussi un sacrifice important. A travers cet article qui est le premier posté sur mon blog, j’aimerais donc exposer les multiples problèmes auxquels font face les blogueurs au Tchad. C’est aussi le défi qui m’attend en tant que nouveau blogueur tchadien.

Nous sommes au Tchad, un pays pétrolier mais où les populations vivent toujours le calvaire, la misère au quotidien. L’utilisation de l’Internet reste un luxe pour bon nombre des tchadiens. Ceci, pas à cause de l’analphabétisme quand nous savons qu’en Afrique et partout dans le monde, même les populations paysannes, analphabètes se servent avec aisance de ces outils de nouvelles technologies.

La première difficulté pour le blogueur tchadien est liée au problème énergétique. Le problème  d’accès à l’électricité reste un fait réel au Tchad qui prône son émergence à l’horizon 2025. Avoir de l’électricité chez soi est une bénédiction. Cette denrée rare dans mon pays ne favorise pas l’essor d’une communauté dynamique de blogueurs. A cause du manque d’électricité, on ne peut produire régulièrement des articles.

Mon exemple : je parcours chaque jour plus de dix kilomètres pour venir à la bibliothèque ou à la faculté de médecine pour tout juste avoir accès à l’électricité. J’habite pourtant un quartier électrifié mais où on ne peut voir la lumière que tard dans la nuit. Je charge donc mon ordinateur portable tout en travaillant et le soir j’épuise cette petite autonomie qui ne me permet pas de travailler comme je le souhaite. Dans ces conditions, comment être productif sans faire des sacrifices énormes ?

La deuxième difficulté est celle d’accès à internet. Déjà même que l’électricité pose problème, faut-il encore parler de la connexion internet ?  Les cybers-café sont comptés aux bouts de doigts. On peut parcourir tout un quartier sans voir des points d’accès à internet. Je vis au neuvième arrondissement de la capitale, mais un seul cybercafé créé à l’heure actuelle. Je traverse souvent mon arrondissement, pour venir surfer dans un arrondissement voisin. Comment peut-on réussir à bloguer dans ces conditions ? C’est la galère totale.

La troisième difficulté est relative à l’audience. Nul ne peut bloguer si les contenus de son blog ne sont pas visités. Ce qui encourage un blogueur, c’est les commentaires laissés par les visiteurs et la visite de son blog. Mais déjà au Tchad où nous évoquions les problèmes liés à l’électricité et à la connexion internet, il y a peu d’internautes. Certes un blog même s’il est destiné à l’actualité d’un pays donné, reste accessible à tous les citoyens du monde, mais un contenu produit pour un pays donné ne pourrait intéresser tout le monde, sauf les concernés. Bloguer au Tchad ressemble dans une certaine mesure, à s’adresser aux sourds.

La quatrième et la dernière difficulté reste la peur. Blogueur signifie au Tchad celui qui critique, qui s’attaque au pouvoir et qu’on peut poursuivre, emprisonner,etc. Face à cette peur, l’on se retient souvent de traiter de tous les sujets.

Quand j’ai dit à mes parents que je vais bloguer sur la plateforme Mondoblog de RFI, ils ne sont pas passés par mille chemins pour me faire savoir leur opposition à cette opportunité que j’attendais depuis fort longtemps! « Nous, on ne veut pas des problèmes Emmanuel et je ne veux pas que tu te retrouve emprisonner à cause de tes écrits, faits- attention à toi » me rétorque mon père.

Mais faut-il rester passif face à tous ces défis auxquels doivent faire face tout blogueur tchadien ? Doit-on se taire lorsqu’on vit dans ces conditions lamentables ? Doit-on être silencieux face à la pauvreté criarde et aux problèmes quotidiens que rencontrent les Tchadiens ? Mondoblog pour moi est une chance, une opportunité unique afin d’exprimer mes points de vue en me basant sur la charte et les bonnes pratiques d’un Mondoblogueur.

Vive le Tchad ! vive Mondoblog ! vive le Blogging !

6 commentaires

  1. Salut mon frère africain de l’autre côté de la double frontière! Soit le bienvenue dans la grande famille des blogueurs francophone! Ravi que tu es pu faire ce saut dans l’inconnu malgré une certaine opposition!

    Ps: voici mon blog: http://cyprianolaw.mondoblog.org/. N’hesite pas à y faire un tour.
    Au plaisir de te lire!

    1. Bonjour mon frère! J’ai déjà jeté ce coup d’oeil inspirateur sur ton blog. Je crois que vous nos anciens, nous aiderez à être perfomants!

  2. Il est vrai que notre pays accuse un retard considérable sur le terrain de NTIC à cause de divers obstacles que tu as relevés, mais à cœur vaillant rien n’est impossible. Je te souhaite bon courage d’avoir osé en créant ce blog qui va contribuer à l’enrichissement de notre paysage numérique tchadien

    Nathaniel
    Rouen

    1. Merci pour ton encouragement et surtout sans vous ce blog ne pourra exister. Le prochain article à venir abordera la question de pénurie d’essence dans la capitale.

  3. Salut mon frère, en un seul MOT je te dit COURAGE, notre pays le Tchad a tant des problèmes,il faut l’évoquer en discuter et trouver des solutions ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *